samedi 28 janvier

« A la saint Vincent l’hiver quitte ou reprend »

La prévision de ce dicton est confirmée par le changement de météo qui vient de s’opérer avec la nouvelle lune qui débute aujourd’hui. C’est donc la fin de l’hiver, je crois.

Cette semaine, en connaissance de ces prévisions, nous avons curé vaches et génisses. Cloé, notre jeune stagiaire, s’est régalée avec la conduite des tracteurs. Elle prend rapidement la notion du gabarit des matériels, s’approprie les commandes et apprend vite à négocier les courbes et les marches arrière avec la remorque. Cette petite est douée.

En fromagerie, nous avons installé dans le sas d’entrée un lave-linge et un sèche-linge qui vont prendre le relais, deux fois par semaine, des appareils ménagers domestiques personnels. Vêtements et surtout toiles fromagères sont lavés à 90° sans produits lessiviels pour ne pas contaminer les fromages avec les résidus chimiques.

***

DSC01334

samedi 21 janvier 2017

Force et reconnaissance

A posteriori cette semaine écoulée apparaîtra importante pour le développement de notre exploitation. Nous avons atteint nos objectifs en nous coordonnant bien et en nous répartissant les tâches au sein du GAEC selon les compétences complémentaires de chacun des trois associés. La force d’un groupe.

-En défense pour obtenir réparation d’un passage busé détérioré et obtenir révision de limite de parcelle d’un voisin « indélicat », pour ne pas dire récalcitrant, qui s’est attribué 2 m de notre prairie.

-En développement pour répondre aux nouveaux clients immédiatement livrés et en « assurant » face aux 2 fonctionnaires venus vérifier l’agrément de notre toute petite production fermière*.

Notre satisfaction, limite fierté, d’entendre de la part des fonctionnaires de la sécurité sanitaire que notre Vincellois est vraiment bon, ressemblant au St Nectaire fermier, et que nous sommes seuls dans le département à proposer des yaourts infusions zeste de citron et gousse de vanille Bourbon, procès de fabrication original.

Sommes-nous à la veille de livrer le comité d’entreprise de la DDCSPP (Direction départementale de la cohésion sociale et de la protection des populations) ?

* Les agréments concernent généralement les entreprises de transformation qui visent des marchés importants.

***

vendredi 20 janvier 2017

Examen

Aujourd’hui à la fromagerie nous avons la visite d’agents des services sanitaires (DDCSPP) qui doivent valider notre agrément accordé temporairement sur dossier.

Nous les attendons pour onze heures. Nous nous organisons en conséquence pour accueillir correctement les deux fonctionnaires qui ont pris la peine de nous prévenir la veille. Nous avons prévu de retarder la fabrication de la tomme en début d’après-midi.

A onze heures un coup de fil pour reporter la visite à quatorze heures suite à imprévu.

Aïe, il nous faut donc commencer tout de suite le travail en fromagerie et tant pis si la salle de fabrication n’est pas nettoyée lors de la visite des deux fonctionnaires. C’est ce qui arrivera car les tommes seront tout juste mises en moules à 14 h.

La visite durera 2 h 00, plus longtemps que prévu.

Plusieurs anomalies mineures à corriger ; il faut tendre vers la perfection !

Le contrôle sera positif et l’agrément sera accordé définitivement, encadré par des visites annuelles surprises.

14 H non stop, pas pris le temps d’un repas, une journée finalement bien stressante pour notre fromagère qui passait un « examen ».

***

jeudi 19 janvier 2017

Le fumier s’accumule

Nous avons installé un chauffage d’appoint dans notre salle de traite. Cela empêche que la température ne descende au dessous du zéro degré et que les conduites d’eau ne gèlent. Pour le confort du trayeur ça va, à l’abri du vent c’est déjà çà.

Nous vidangeons les abreuvoirs des génisses pour la nuit.

Pour le confort des vaches, nous laissons la litière s’accumuler. Nous retardons la sortie du fumier car celui-ci chauffe la paille que nous écartons quotidiennement et généreusement. Les trois derniers veaux nés il y a un mois se comportent très bien dans le troupeau des laitières.

***

mercredi 18 janvier 2017

Depuis le début de la semaine nous accueillons une jeune stagiaire à la ferme : Chloé, élève de troisième d’une école agricole de Saône et Loire.

Attirée bien sûr par les animaux, elle est également passionnée par la conduite d’engins motorisés. Elle prend plaisir à conduire le tracteur. La vidéo ci-dessous faite à sa demande est diffusée avec son autorisation.

lundi 16 janvier 2017

Notre production annuelle de beurre est totalement écoulée en 24 heures !

Aujourd’hui nous résolvons une question essentielle en milieu rural, l’écoulement d’eau. Les terrains situés dans la vallée sont drainés par des fossés. Ceux-ci sont busés lorsque les chemins les traversent. Suite à un débardage de peupliers récent, il nous semble qu’un passage de buse est obstrué.

Nous mettons en œuvre un outillage traditionnel : barre à mine, pioche, pelle. Constatons qu’un affaissement de chaque côté du chemin s’explique par l’effondrement de buses. L’état des lieux se résume au remplacement de 4 buses à changer avec l’aide souhaitable d’un engin motorisé genre mini pelle et environ 5 heures de travail.

Nous informons le responsable des dégradations. Il faut trouver une solution dans un délai d’un mois lorsqu’il faudra drainer l’eau en sortie d’hiver.

***

Vendredi 13 janvier

Le beurre porte-bonheur !

Une fois l’an Audrey fait son beurre pour servir et remercier sa fidèle clientèle.

Elle avait coutume de faire son beurre avant Noël pour les fêtes de fin d’année. Un programme chargé avec les marchés gastronomiques les WE de décembre et toute une semaine à Auxerre ne lui ont pas permis de dégager le temps nécessaire. C’est pourquoi, en cette année 2017, le beurre de Noël sort le vendredi 13 janvier.

Depuis plusieurs jours, la crème est réservée, devenue bien épaisse. Avec l’aide et le coup de main d’Odette, « l’ancienne laitière », la prise du beurre est rapide, le lavage et le « tapage » à mains nues avant le moulage des six kilos.

L’utilisation de la baratte en bois n’aurait pas été possible il y a 10 ans. Aujourd’hui les services vétérinaires chargés de l’hygiène ne s’intéressent qu’aux résultats des analyses des produits fabriqués ; c’est une bonne chose.

Quelques privilégiés seront servis et puis il faudra attendre l’an prochain pour le beurre de Noël.

***

Photos-0017

Photo d'archive

***

Jeudi 5 janvier

Visite de notre exploitation par un groupe de jeunes adultes en formation BPREA, section élevage. Cette qualification obtenue est le sésame pour ouvrir les portes de l’agriculture ; droit à l’exploitation des terres et accès aux aides à l’installation.

Le moment de la dégustation

DSC01326

DSC01314

DSC01322

Samedi 31 décembre

Vœux

Moisson 2017

De l’année 2016 qui se termine nous ne regretterons rien. Cette récolte catastrophique, résultat d’une météo outrageusement désordonnée où les saisons se sont succédé à contretemps sauf l’hiver puisqu’il ne s’est pas fait.

2017 se profile très prometteur. Pluies d’automne bienvenues (opportunité, qualité, quantité), levées régulières, contrôlées par l’arrivée du froid, assurant la qualité sanitaire des plantes. Les blés, orges, avoines sont aujourd’hui au bon stade de développement pour affronter l’hiver. Nous n’avons pas implanté de colza cette année, échaudés que nous sommes par deux précédentes mauvaises récoltes, nous remplacerons cette tête d’assolement par des pois semés au printemps. Nous avons fait ce choix par nécessité de faire des économies. Toutes les semences mises en terre, prélevées à partir de la récolte précédente, feront des cultures qui nécessiteront moins de charges opérationnelles (engrais, phytos).

Il s’agit de digérer cette année passée sans recourir à l’endettement pour emblaver et assurer la prochaine récolte.

Voilà pourquoi aborder avec gravité les six prochains mois, ne nous empêche pas d’entrevoir la promesse d’une belle moisson 2017.

Optimisme mesuré ou optimisme béat, l’avenir nous le dira.

***

DSC01295

DSC01316

Il faut trouver des  remplaçants pour assurer la vente, le lundi et vendredi soir, à la ferme

DSC01291

***

D'imminentes (Éminentes) personnalités se pressent sur notre stand !!!

DSC01282

DSC01271

DSC01265

***

DSC01276

Lundi 19 décembre

L’affouragement en vert s’est terminé jeudi. Il faut nettoyer le matériel à l’eau haute pression et pulvériser une couche de solution huileuse qui protégera le matériel. Bien sûr graissage et petites réparations sont réalisés avant le remisage. Le matériel doit être opérationnel le jour J. La prochaine campagne devrait débuter autour du 20 avril 2017 !!!

Nous avons, cette année, prolongé un petit apport quotidien de fourrages frais aux vaches le plus longtemps possible (un mois de plus qu’habituellement) pour complémenter une ration hivernale qui se composera malheureusement de foins « très moyens ». Le cru 2016, à cause de la forte pluviométrie et de la récolte tardive, est chargé de matières minérales (terre) et possède une faible valeur alimentaire. A suivre…

DSC01275

***

C'est parti pour huit jours de marché de Noël

DSC01267

DSC01270

Mr le maire pose devant notre  banderole toute neuve.

Nous expliquons que nourrir des vaches à l'herbe et au foin contribue à la préservation de la qualité de l'eau qui alimente la communauté d'agglomération (pas de fertilisation ni de traitement phytosanitaire sur la culture d'herbe); il rappelle que notre commune intègre au 1er janvier cette communauté d'agglo !

c'est vrai

Faut dire que le dossier environnement, qualité de l'eau est suivi par un adjoint compétent 

DSC01269

Samedi 17 décembre

Bonjour

Nous sommes présents sur le marché gastronomique de Noël à AUXERRE, place du Maréchal Leclerc (quartier de l’horloge) du samedi 17 au samedi 24 décembre, de 10 h à 18 h, dont 2 nocturnes jusqu’à 21 h 30 le samedi 17 et vendredi 23.

Nous serions heureux de vous accueillir à notre stand pour le lancement de notre nouveauté, le Vincellois qui agrémentera votre plateau de fromages pour des fêtes de fin d’année.

Vous trouverez bien sûr nos fromages habituels, tommes, faisselles, yaourts natures, yaourts infusion vanille ou zeste de citron.

En saveur sucrée nous proposons de la confiture de lait.

Nous sommes associés pour l’occasion avec Mathilde, éleveuse de chèvres à AUGY, qui propose également ses fromages fermiers.

Des produits du terroir directement du producteur au consommateur.

***

La lutte alternative

Cette année nous utilisons, pour la première fois à l’automne, la herse étrille pour désherber mécaniquement les céréales. Ce matériel est utilisé dans le cadre de « la lutte alternative » au désherbage chimique. Nous sommes encouragés dans cette voie par deux décisions (politiques) prises ces dernières années :

- le « GRENELLE de l’environnement » s’engage à réduire l’utilisation des produits phytosanitaires*

- une décision de la communauté d’agglomération qui souhaite protéger son périmètre de captage d’eau. La gestion est confiée à une association regroupant élus et agriculteurs, qui a acquis une houe rotative et une herse étrille. Ces matériels sont mis gracieusement à la disposition des agriculteurs pour désherber mécaniquement les cultures.

Cet automne nous utilisons la herse étrille une première fois en pré semis, vers le 10 octobre, pour réaliser un faux semis ; juste pour faire lever les graines indésirables qui seront détruites au moment du semis de la (vraie) graine de céréale, par le passage du semoir.

Nous l’utilisons « à l’aveugle », 3 à 5 jours après le semis des céréales dans le but de détruire les filaments (germes) des petites graines indésirables (fin octobre, début novembre)

Nous envisageons un passage sur les parcelles qui n’ont pas eu le précèdent vers le stade trois feuilles de la céréale, si la météo le permet. Cette intervention, pour être efficace, doit être suivie de 3, 4 jours de temps sec (terre sèche). R D V fin novembre ou décembre.

* La mise en œuvre de celle-ci sera contournée par les revendeurs (dont ma coop) en effectuant des prescriptions qui ne sont pas soumises à résultats. Nous utilisons toujours une quantité de produits importante même s’ils sont disponibles en moindre quantité après le retrait du marché de nombre d’entre eux.

***

DSC01244